Le détecteur de CPG

Les deux principaux détecteurs de CPG

  1. les catharomètres : ils sont basés sur la conductibilité thermique des gaz. Ils sont universels mais peu sensibles (la quantité minimale détectée est de l’ordre de 1 à 10ng) . La réponse du détecteur est proportionnel à la concentration en substance Ils sont non-destructif et peuvent être utilisés avec de l’Hélium ou de l’hydrogène comme gaz vecteur.
  2. les FID (Détecteur à ionisation de flamme) : c’est le plus courant des détecteurs en CPG grâce à sa sensibilité mais il ne convient pas aux composés inorganiques. Les composés sont brûlés dans une flamme air-hydrogène. Une électrode collecte les ions carbone formés qui génèrent un courant d’ionisation. Après amplification, on obtient un signal proportionnel au débit-masse du soluté. Ils ont une large gamme de linéarité et détectent des quantités de substance de l’ordre de 20 à 100 pg. Comme pour le catharomètre, l’hélium et l’hydrogène peuvent être utilisés comme gaz vecteur.

Autres détecteurs

Thermoionique : utilisés pour les composés azotés ou phosphorés, ou halogénés. Les composés azotés minéraux ne sont pas détectés. Gaz vecteur : azote
A capture d’électrons : détection de molécules ayant des groupements électrophiles donc ayant une grande affinité électronique. Il est particulièrement adapté aux composés halogénés.
A photométrie de flamme : principalement utilisé pour les composés contenant du soufre ou du phosphore ou P. sa réponse est proportionnelle au débit massique. Gaz vecteur : N2 ; H
Spectrométrie de masse : très sensible (moins d’1 pg) et universel. Gaz vecteur : He
Infrarouge : Assez peu sensible mais universel. Les gaz vecteur compatibles sont l’hydrogène, l’azote et l’hélium
Photoionisation : adapté à la détection de composés ionisables. Le détecteur est très sensible et sa réponse est proportionnelle sur une large gamme à la concentration en soluté.
Plasma HF : pour la détection des gaz permanents